A quel point testez-vous les possibilités de contacter vos futurs clients ?
sachet_the  Acquisition Off Line

Si vous lisez cet article, c’est que probablement vos clients sont des séniors et des personnes ayant des revenus confortables.

Mais si cette première étape d’identification de vos clients est nécessaire, elle n’est pas suffisante.

Car au sein des séniors par exemple, 50 ans et plus selon la définition marketing (soit 25 millions de personnes qui représentent 38 % de la population totale et 50 % des dépenses de consommation), la diversité des âges, des comportements, des revenus, des lieux d’habitation… crée autant de cibles potentielles.

Et ce sont ces cibles qu’il faut identifier pour au moins 3 raisons :

1 – Bien connaître son cœur de cible pour savoir le quantifier et donc adapter son business model et ses objectifs

2 – Tester différents segments proches du cœur de cible pour mesurer le besoin d’investissement et étendre sa couverture de marché ainsi qu’adapter si besoin l’offre en conséquence.

3 – Se nourrir du comportement de vos clients qui forment votre cœur de cible pour étudier toutes les façons d’entrer en contact avec vos clients potentiels

Ces 3 raisons, nous essayons de les mettre en œuvre dès que faire se peut pour nos clients. Car qu’il s’agisse d’envoyer un mailing ou de monter une campagne Facebook, l’efficacité d’une campagne d’acquisition, et donc le ROI (Retour Sur Investissement), est proportionnelle à la qualité du ciblage (il y a bien entendu l’offre également mais c’est de votre ressort).

Le TEST = l’ADN de la VAD

Le test doit être dans votre ADN. Dans la Vente à Distance comme dans le retail, chaque dixième de point de rendement gagné génère des milliers d’euros (sur la durée de vie d’un client). Le process est itératif : on apprend pas à pas. Pas de formule magique.

Écoutez, regardez, scrutez vos meilleurs clients et ouvrez de nouveaux horizons.

Nous sommes en train actuellement de tester (et oui tester, le mot magique de nos métiers) deux approches.

La première, mettre des clientes d’un magazine senior de 50 à 70 ans en face de nouveaux produits pour voir comment elles réagissent face à la marque et aux produits. Pourquoi elles testeraient ce produit ? Dans quelles conditions ? A quel prix ? L’intérêt est de recueillir le point de vue de la lectrice-consommatrice qui aurait à partager une expérience de marque avec ses copines.

La deuxième option est de rapprocher un réseau de magasins séniors et un éditeur de presse pour que les meilleurs clients se voit remettre un magazine. En échange, l’éditeur a accès en partenariat à la carte de fidélité de la chaine de magasins pour promouvoir son titre.

Les idées et les pistes de ce genre sont sans limite, sauf comme disent les anglais, celle du ciel !

Sky is the limit

 

bulle_commentaires  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *