Facebook est-il en train de gagner la bataille du marketing cross-device ?
sachet_the  Acquisition On Line

Cross DeviceCommençons d’abord par définir le cross-device, si vous le voulez-bien. Le cross-device, c’est le fait de suivre un utilisateur sur différents écrans. Qu’il soit sur son smartphone, sur sa tablette ou sur son ordinateur, il est identifié comme une seule et même personne.

Les applications sont nombreuses : déduplication de l’audience mobile/tablette/pc, cohérence et continuité des offres proposées…

 

Hors, le problème principal, c’est que pour le moment toutes ces publicités dépendent trop de l’utilisation des cookies. Les cookies, ce sont des petits fichiers très simples au format texte, enregistrés sur le disque dur de l’ordinateur d’un internaute, à la demande du serveur gérant le site Web visité.

Ils contiennent des informations sur la navigation effectuée par l’utilisateur sur les pages de ce site, pour faciliter les visites ultérieures de cette même personne. Ces cookies servent aussi (et surtout ?) beaucoup aux publicitaires, qui y retrouvent par exemple les dernières recherches effectuées par un utilisateur, où pour savoir à quel page il s’est arrêté lorsque son chat l’a perturbé pendant qu’il tentait d’acheter son nouveau téléphone sur Amazon…

Pratiques et rentables, ces cookies se révèlent cependant assez inefficaces sur mobile, et montrent de plus en plus leurs limites en matière de ciblage démographique. D’où la nécessité, pour les annonceurs souhaitant disposer du ciblage le plus fin possible, de passer à un marketing dit « people-based » (centré sur l’individu).

Sans cela, l’espace mobile reste une sorte de trou noir où il est extrêmement difficile de cibler et de suivre le prospect !

Ça tombe bien, Facebook est devenu un média incontournable, et ses utilisateurs mobiles sont connectés à l’application mobile / tablette / pc 24H/24.

Il constitue ainsi un point d’ancrage évident pour le cross-device, car il est très facile pour lui d’identifier ses utilisateurs, qui possèdent tous un compte avec identifiant et mot de passe…

Maintenant, couplez la forte audience du géant américain au nombre innombrable de données qu’il lui est possible de collecter (âge, sexe, géographie, centres d’intérêts, réseau de connaissances, lieu de travail, jusqu’à l’humeur du jour ? …), et vous obtenez un véritable empire de la data

Pour information, des données aussi essentielles que l’âge et le sexe, le taux d’exactitude des campagnes display (affichage publicitaire) est à peine de 59%, alors qu’il est de 92% sur le réseau social !

Le réseau social a bien compris qu’il dispose d’un sex-appeal évident pour les publicitaires, et continue de fait le développement de sa politique de monétisation, pour proposer toujours plus d’outils aux annonceurs. Il leur offre par exemple la possibilité de continuer à exposer leur message et de suivre les internautes membres à travers d’autres sites que le réseau. Récemment, Facebook a également introduit un bouton « payer » qui permet de consommer des biens et services sans jamais visiter une page extérieure …

Les possibilités de ciblage sont quasi-infinies, et ceci représente tout autant d’occasion d’adapter en temps réel la communication à votre cible.

Bref, comme nous l’avons vu il y’a quelques semaines, le nombre astronomique de données exploitées par Facebook devient de plus en plus attractif pour les annonceurs qui souhaitent bénéficier des meilleures techniques de ciblage et de la possibilité de suivre le prospect sur tous les écrans !

 

bulle_commentaires  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *