Halte aux leads de prospects et clients que vous avez déjà…
sachet_the  Acquisition On Line

Email marketingAcheter des leads à la performance sur Internet est toujours l’un des plus sûrs moyens de recruter de nouveaux prospects et clients avec un ROI raisonnable.

Pour autant rares sont les annonceurs ou les régies et les éditeurs qui s’enquièrent de ne pas recruter des adresses… qu’ils n’ont déjà !

 A quoi sert un repoussoir ?

Lorsque nous faisons de l’acquisition de nouveaux clients sur le print, il ne vous vient pas à l’idée de recruter de nouveaux clients à partir de fichiers d’adresses postales sans avoir fourni votre base de clients actifs et inactifs en guise de repoussoir.

Ce repoussoir est évidemment indispensable car on ne veut pas recruter 2 fois la même personne :

  1. Pour des raisons d’image. Recruter un client déjà client ( !) ne donne pas une bonne image de l’entreprise ;
  2. Pourquoi payer pour un client que l’on a déjà ?

Il faut donc également mettre en place un fichier repoussoir sur le web pour éviter les écueils précédents.

Fournir un repoussoir

Pour fournir son fichier de clients et prospects, l’éditeur ou la régie, si le concept même de repoussoir ne lui est pas totalement inconnu, va demander le plus souvent que vous lui livriez votre fichier au format MD5, format de cryptage largement reconnu aujourd’hui pour le transfert de ce type de données.

Mais ce fichier est figé. Il représente un stock d’adresses à un instant T. Si vous avez une opération ponctuelle d’acquisition de leads à monter avec un seul partenaire, parfait.

Mais si vous faites des opérations régulières et/ou avec plusieurs partenaires, vous allez à chaque fois sortir un nouveau repoussoir ?

Web service d’interrogation et web service d’enrichissement

La meilleure méthode reste donc de développer un web service qui interrogera systématiquement votre base de données avant d’ajouter un nouveau lead. Si l’adresse mail (qui est le plus souvent la clé d’interrogation) existe déjà, le lead est rejeté, sinon il est enregistré, comptabilisé et facturé.

Bien sûr il faut passer par un peu de développement mais rien d’insurmontable. Par ailleurs, on voit aussi des annonceurs qui nous disent avoir implémenté à la demande de leur régie des web services d’enrichissement mais pas d’interrogation. Ce qui est stupide car ils polluent leur base de données marketing d’adresses qu’ils ont déjà. Et ils sont facturés.

Alors pour vos prochaines opérations d’acquisition, exigez un web service à « double détente » : interrogation et enrichissement. C’est une question de bon sens.

bulle_commentaires  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *