Pourquoi les e-donateurs ne donnent pas…
sachet_the  Acquisition On Line

Alors qu’environ 4 milliards d’euros sont collectés chaque année par les associations et fondations grâce aux différentes techniques de marketing direct essentiellement, le don en ligne patine.

On sait qu’il représente en général moins de 10 % du total de la collecte pour une association. Mais ce pourcentage cache de grandes disparités. Car pour les 100 plus grandes associations, cela veut dire tout de même 100 à 500 000 euros de dons en ligne chaque année. Ce n’est pas rien. Soit au moins autant que le chiffre d’affaires annuel des ¾ des 165 000 sites de e-commerce en France

Oui mais voilà, ça ne décolle pas vraiment. Et ce pour 3 raisons majeures :

1 – La communication s’occupe du web

Le contenu éditorial digital est géré par le service communication qui n’aime pas que le service marketing s’immisce dans ce contenu, surtout pour demander de l’argent ! Pourtant, le don en ligne ne peut se développer que s’il y a aussi des dons faits via ce canal pour qu’il se développe. Mais il est également vrai qu’il suffit juste de ne pas demander pour ne pas recevoir !

2 – L’argent collecté ne sert pas l’investissement dans ce média

Comme pour tout marché en développement, l’argent récolté doit être réinvesti dans le développement de ce nouveau marché. Or les dons collectés via le canal web sont généralement enregistrés au même titre que les autres ressources et en grande partie redistribuées. C’est évidemment louable mais ça entrave le développement des dons via ce canal. Que vaut-il mieux ? Investir vraiment dans le canal web, rapidement développer les dons en ligne et donc distribuer plus grâce à une collecte en ligne plus efficace. Ou aller son train de sénateur sur ce media, voir les ressources se développer timidement, contrairement aux associations concurrentes qui, à force d’investissement, vont prendre une avance décisive.

3 – Le manque de webmarketeurs dans les associations.

Le secteur de la collecte de fonds s’est largement professionnalisé ces 10 dernières années : responsable de collecte, responsable communication, responsable legs et libéralités, responsables mécénat… Reste maintenant à recruter des personnes réellement dédiées au développement des ressources via le web car c’est bien un métier Pourquoi les e-donateurs ne donnent pas…à part entière. Les leviers de collecte sur la toile sont nombreux, autant que les pièges. C’est pourquoi il faut avoir des ressources dédiées en interne pour monter des dispositifs intelligents, impactants, avec une vraie stratégie de collecte on-line ROIste et performante.

bulle_commentaires  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *